14/04/2013

Home Paloke.

Voilà de nombreux mois sans avoir publié ici l'une ou l'autre nouvelle du Home Paloke.

C'est un commentaire d'un lecteur qui pose la question de savoir si cette Résidence (oui, le nom de l'institution était Résidence !) est encore fréquentable car selon ce lecteur, l'ancienne direction lui avait laissé de mauvais souvenirs par le manque de soins qui auraient du être donnés à son épouse décédée maintenant. Ce monsieur de 87 ans pose la question à titre personnel car il cherche un endroit convenable où aller poursuivre sa vieillesse sans trop de soucis.

Selon notre expérience, l'époque des anciens propriétaires et exploitants de cet établissement était très au-dessus de ce que c'est devenu aujourd'hui ! Malgré de nombreux problèmes survenus avec ma belle-mère impotente. Et au final un certain laisser-aller dans l'entretien de l'infrastructure.

Le vrai problème de ces institutions est celui de l'autonomie des résidents. Tant que vous resterez autonomes pour les besoins ordinaires de la vie, la toilette, se vêtir, aller manger, surveiller ses médicaments, contrôler les sphincters, pouvoir profiter du bar, de la compagnie tout ira bien. Si ce n'est pas le cas cela risque d'être la galère car au moindre pépin (dernièrement une épidémie de gastro-entérite) le personnel est immédiatement débordé. Un appel sur le bouton rouge mettra un long moment à être satisfait. (le temps de réponse est contrôlé par ordinateur - "oui, on va venir" mais  c'est à cet instant que commence l'attente qui peut durer des heures...). En un mot comme en cent et surtout le w-e quand le personnel est hyper réduit et qu'il faut plus d'une demi-heure pour trouver quelqu'un en cas de problème si on est autonome et que ce n'est pas trop grave on peut encore se débrouiller tout seul ! Mais si on a besoin d'aide pour se lever, changer le matériel d’incontinence, se laver et s'habiller et qu'il faut compter sur l'implication précise du personnel pour administrer comme il faut les médicaments et même alerter la famille en cas de manque de l'un d'eux, alors c'est la catastrophe. Le docteur qui suit notre parente à pris cet établissement en horreur tant les négligences sont nombreuses ! (Il a du s'adresser un jour en anglais avec un infirmier qui ne parlait qu'un français rudimentaire !

Le home tel que maintenant est moins bien que du temps des De Wachter car la cuisine est moins bonne (car avec des denrées moins moins chère sans doute), les membres du  personnel ancien ont tous quitté, à quelques exceptions près ce navire  peu agréable à y travailler et a été remplacé par une main d'œuvre venue d’Afrique ou d’Europe de l’Est  sujette à des changement permanents.  La nuit et le w-e, le mieux est qu'il n'arrive rien d'important car le service de garde est au minimum réglementaire, comme tout le reste d'ailleurs.

Notre parente de 96 ans est atteinte de la maladie d'Alzheimer et la raisons principale qui nous la fait maintenir là-bas est celle de ne rien bouleverser dans son décor habituel ni dans ses rites journaliers. Car hors de ce lieu de vie routinier et stable, elle angoisse ne comprenant plus rien des situations inhabituelles. Même chez nous à la maison, elle ne reconnaît plus rien !

Ceci était dit, c'est un signe des temps. Cette institution fait partie de SLG dont le but est de faire du profit avec les conséquences que cela implique. Et je présume, que le Home Paloke n'est pas le seul dans ce cas-là.

A bon entendeur !

21:18 Écrit par Le Collectif. dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.